Trophée des 30 2018


Victoire des Jeunes 60 à 40…

Le désormais célèbre match des 30, a vu ce samedi le sacre des jeunes, commandé par Mathieu Ruiz, sur le score de 60 à 40. Après un coup d’envoi donné par notre présidente Anne Sampermans, les amoureux du jeu furent servis, ceux de la défense beaucoup moins. La première mi-temps est accrochée, les 20 premières minutes sont clairement en faveur des jeunes (24-0) mais c’était sans compter le sursaut d’orgueil des joueurs de JC Diaz. Dans un style de jeu bien estampillé trentenaire, à grand coup de percussions et de jeu au près. Les + 30 reviennent à 24 -14 au moment des citrons. Au retour des vestiaires les anciens remusclent le jeu et reviennent à un essai des – 30. C’est a ce moment-là que les jeunes décident de se rebeller et de reprendre le contrôle du match, une avalanche d’essais va alors s’abattre sur nos trentenaires. La profondeur de banc des jeunes a fait la différence, avec un banc amoindri et une chaleur de plomb les + 30 ont accusé le coup, revenant tout de même en fin de match afin de réduire l’écart. Pour plusieurs joueurs c’était le dernier match avec le SCUF ou bien même le dernier match tout court. L’occasion de faire une belle fête et qu’elle fut belle pour fêter ses grands joueurs. On espère les retrouver rapidement dans les tribunes cette fois-ci…

À l’issue de la rencontre le Trophée La Gauffre (enfin les miettes qu’il en reste…) a été remis à Clément Le Garnec pour l’ensemble de son œuvre. La Clef de 12 est revenue sans contestation possible à notre centre Guillaume Perdereau !

 

La vision de l’arbitre A. Martin

Heureusement Chabé ne jouait pas !

Je crois que ce titre est le plus révélateur de l’ambiance qu’il règne sur un match des 30 ! Une sacrée expérience que de porter le sifflet pour une rencontre si historique où toutes les émotions y passent, de la joie à la déception sans oublier la colère et évidemment la mauvaise foi !! Je dois avouer qu’il m’a été plus simple de diriger des rencontres de Cadets et Juniors notamment sur la discipline des joueurs mais, après tout, c’est ce qui fait le piment du match des 30, non ? En tout cas c’était une rencontre intéressante où le jeu a vraiment eu toute sa place, sans parler du combat digne d’une opposition jeunes/vieux qui se respecte. Ce sera donc à refaire avec plaisir pour moi, qui plus est avec un peu plus expérience autour de mon profil de jeune arbitre…

Le match vu par Clément Le Garnec

En ce samedi 23 juin un évènement très attendu au sein de la famille scufiste va débuter, le fameux match des 30 et pas que ; aussi la remise des trophées ( La Gaufre tant convoitée, la clé de 12 un peu moins… Et la bibite de l’année)!! Pour tout scufiste ce rendez-vous est obligatoire et deviendra mémorable au fil des années. Cette rencontre oppose les joueurs qui ont plus de 30 ans et ceux qui ont moins de 30 ans, un match qui perdure depuis les années 2000. Pour ma part ce sera le premier du côté de la sagesse et ma 8ème participation. Chaque année 2 capitaines sont désignés par la présidence. Pour ce match notre généreux et meilleur pilier JC DIAZ qui le mérite amplement sera celui des + de 30 contre la mobylette ou la molécule Mathieu Ruiz auteur d’une excellente saison conclue par une belle rencontre sur Tinder 🙂

L’équipe tenante du titre est celle des moins de 30 depuis 2 saisons maintenant. À noter que les effectifs sont plus importants chez les jeunes tendrons mais ce n’est pas une excuse, l’expérience est de rigueur chez les anciens et l’équipe est composée de très belles légendes scufistes (Thomas Schwartz, PLG, Romain Petreseille, Lawrence, Boubou, Chouki même si il n’a joué que 5 minutes et j’en oublie) il manquait surtout la génération 88 pour raison valable et heureusement pour les jeunes. Car l’absence de Jérezime Cottrez, Julien Begu, Antonin et Looping à pesé pour tenir 80 minutes contre l’Armada des -30 où l’effectif était impressionnant renforcé comme chaque saison par les juniors qui montent en seniors la saison prochaine, de très bon augure pour l’année à venir. Bref, il manquait surtout des 3/4 . Pour ma part une fierté de jouer ce match avec les anciens et surtout de partager une dernière fois les crampons avec le frère qui raccroche à l’issue de ce match. Un amour de famille ce fameux rugby et ce club mythique.

Le début du match fut compliqué pour les vieux, le déplacement des jeunes était rapide et efficace avec un Bizos tranchant et un Moogli revanchard et surtout des absences défensives interdites. Il fallait trouver le 2nd souffle, chose faite après 3 essais encaissés. Objectif : repartir sur les basiques, le jeu au ras cher à nos amis anglo-saxons.

Et on sait que les jeunes tendrons n’aiment pas ça sinon on serait encore en fed 3… LOL. Les charges de Romain P. et de PLG suivi de rups Abdallah ont été payantes. Pour le beau jeu on attendra, pas facile de jouer avec des avants en 3/4 (Olivier Fraisse) mais auteur d’une excellente partie, et son dos à tenu 🙂 pour son dernier match. Donc, un premier acte équilibré mais un bémol la condition physique. Il reste encore 40 minutes…

Une seconde période à sens unique pour les – 30 ans qui ont enclenché la seconde avec les turn-over. Chaque ballon récupéré finissait en terre promise avec Nordine Addi déchaîné comme Beyoncé. Mais les trentenaires n’ont aucunement lâché ce match, le caractère était de rigueur et cette envie de rebondir était bien présente à l’image du caramel de CLG sur Hugo Vives.

Un homme dans le match : Calixte Pierre numéro 6 exemplaire, dernier match de notre tour de contrôle, une performance magnifique, des placages à la Dussautoir, des interceptions à la Kevin Malithe. Je voulais lui rendre hommage car il part vers d’autres horizons (Agen, son pays) et qu’il le mérite sans partage. Un grand monsieur. Merci Calou, tes bourses vont nous manquer. Ce match se termina sur un score historique (100 points) 60 à 40 pour la jeunesse, une victoire méritée. Un match qui restera gravé. Mr Ruiz peut brandir la coupe donnée main main par son alcoolique « acolyte » Antoine Simon. Pour finir en beauté cet événement, notre doudou national (Edouard Deleau), que je remercie aussi pour son engagement scufiste et qui a rendu ce match encore plus mémorable avec la sono, le barbeuc mais surtout sa joie de vivre et son ivresse. Il offrit 2 maillots aux légendes du SCUF (le numéro 6 pour Calixte et le 11 pour PLG) un bel hommage. Doudou quitte aussi le club pour la découverte du rugby guadeloupéen avec sa bien aimée Lucie, rejoindre une ancienne gloire « Manu Mota ». Encore merci la doude. Une très belle organisation qui se finira dans les tribunes, à la buvette et chez Jacques pour se mettre la tête à l’envers et découvrir les vainqueurs des trophées.

  • Bibite de l’année : Pierre Beyne dit grey joy auteur de performance extra-sportive inimitable, le Caminati du SCUF.
  • Clé de 12 : Guillaume Perdereau – Un combat acharné contre CLG mais ses performances sur les réseaux sociaux ont gagné pour lui et il en est fier. Il succède à son ancien coloc Calixte Pierre 🙂 ça ne pouvait être que lui.
  • Pour la Gaufre : moi même, CLG…

Annoncé par l’ancien gauffriste Jéresime Cottrez sur Facebook en direct des fêtes de Misson. Un moment inoubliable pour moi, ce trophée récompense l’amour, l’envie, l’engagement donné à ce club, 10 ans sous les couleurs noires et blanches. Une fierté incomparable de faire partir du gotha des légendes de ce club et aussi de rejoindre mon frère, on est dans l’histoire du SCUF et qu’elle est grande cette histoire. Ce trophée représente beaucoup pour moi et me touche profondément. Je remercie ceux qui ont vu en moi les valeurs, mon envie que je pouvais donner et ma joie de vivre pour cette institution qui est tout simplement unique. De rejoindre les (ALP, Jeff, Renat, Barbe, Boubou, Gilbert, Jéresime, Chabé, Kevin, Dumora, mon frère ) c’est tout simplement magique…

Que la vie soit belle au SCUF encore et toujours. Come on the scuf. À l’année prochaine. Comme on dit en breton : kennavo.