SCUFMAG N°289


Equipe Scufiste

Le S.C.U.F. clôt la saison 2019…


L’édito de la Présidente Anne Sampermans

Les beaux jours arrivent et il est maintenant temps de ranger les crampons pour les deux mois à venir. Il y aurait beaucoup de choses à dire pour établir le bilan précis de la saison mais je vous laisse découvrir les mots des différents entraîneurs principaux.

Notre bilan est globalement positif même si nous aurions aimé voir plus de victoires chez certaines équipes. On peut se satisfaire d’avoir un club sain qui véhicule de bonnes valeurs et ce dès l’Ecole de Rugby. La saison prochaine est déjà prête, et quelques changements sont déjà annoncés.

Le principal étant qu’un directeur technique nous rejoint dès la rentrée de septembre. Son rôle sera d’accompagner l’ensemble des catégories pour mettre en place un projet de jeu global et cohérent. Mais vous en saurez plus dans le premier Scufmag de la saison 2019/2020…

Pour achever la saison 2018/2019, le très attendu Trophée des 30 s’est déroulé le 15 juin dernier. Et pour la première fois, nous avons réuni l’ensemble des catégories tout le week-end pour célébrer cette belle saison.

Le samedi se sont disputées plusieurs rencontres, Féminines (+18/-18), Cadets, Juniors et le dimanche matin l’Ecole de Rugby. Un beau week-end sportif et convivial, avec une belle victoire des +30 ! Et durant lequel nos Juniors, Emile et Gaston, ont remis le Bouclier de Brennus. Toujours une émotion particulière pour tous les scufistes. Quelques semaines avant, nos U14 devenaient vice-champion IDF. Bravo à eux et aux entraîneurs !

Prochain rendez-vous en septembre pour démarrer une nouvelle saison exceptionnelle. Je vous souhaite un bel été, profitez de ce repos bien mérité et surtout un grand merci à tous, notre fabuleux club vit grâce à chacun d’entre vous.

 


– ABONNEMENT AU SCUFMAG –
Pour vous abonner au SCUFMAG, veuillez cliquer ici, vous serez dirigé vers le formulaire d’abonnement en bas de page
 

Don au S.C.U.F : http://rugby.scuf.org/dons



Les responsables des catégories sont conviés le vendredi 6 septembre au club house à 20 Heures pour un pot de rentrée et pour vous présenter notre nouveau directeur technique Jeremy Pienkowski en provenance de Montpellier.  Nous vous remercions de bien vouloir répercuter la nouvelle dans vos catégories car il nous manque certaines adresses e-mail des staffs récemment formés ce dont nous nous excusons par avance. Vous souhaitant en attendant un très bon été pour reprendre des forces avant l’excitante saison qui nous attend,

Amitiés

La direction du SCUF RUGBY




Matchs amicaux confirmés pour début septembre :

 
– le 8 contre Clamart à l’extérieur avec 1 seule équipe 
– le 15 contre le Red Star à Saint ouen avec 2 équipes.



Poule Honneur IdF 2019/20

 
– S.C.U.F                                       – CSM Finances
– C.A Chevreuse                         – Maison Lafitte SGP
– COM Bagneux                         – RC Aulnay
– Gargenville                              – RC Paris 15
– CS Clichy                                   – Montmorency Soisy
 
Les matchs se joueront :
– septembre 2019 : le 22 et 29
– octobre 2019 : le 6 et 13
– novembre 2019 : le 3, 10 et 17
– décembre 2019 : le 1, 8 et 15
– janvier 2020 : le 12, 19 et 26
– février 2020 : le 23
– mars 2020 : le 1, 8, 15 et 29
 
 



19ème Trophée des 30 : +30 (41 – 38) -30

C’est dans le cadre de la fête du club que le 19ème Trophée des 30 a trouvé sa place pour clotûrer la saison 2019. La journée avait commencé avec un concours de pétanque dans la matinée, puis s’est enchaînée avec une rencontre opoosant les Cadets/Juniors. Dans la foulée, sous le sifflet de Laurent « Clark » Cottereau, les Gorettes ont affronté les Cadettes de Kevin Malithe. Enfin, vers 17h, Christian Pouliquen a donné le coup d’envoi de la rencontre. Ce sont les -30 du capitaine Ilan Tomasso qui ont gagné le coup d’envoi et ils mettent une pression d’entrée sur les +30 du capitaine Julien Bégu. Le XV de départ des +30 est essentiellement constitué des joueurs de la Finale 2009. Dans les premières minutes, les « jeunes » acculent les « anciens » dans leurs 22m. Ces derniers défendent ardemment et procèdent en contre. Il faut attendre la 15ème minute pour voir le compteur se débloquer. Les « minots » bénéficient d’une pénalité sous les poteaux, ils l’a jouent à la main et après quelques temps de jeu, Pommath Biaye s’écroule dans l’en but, FG Giroux transforme (00-07). Les anciens réagissent par un jeu fait de percussion, ils campent devant la zone des 22m adverse. Mais à la 25ème surgit FG « Bip-Bip » Giroux, ils récupèrent la balle sur contre devant ses 22m et traverse le terrain pour aplatir sous les poteaux, Mathieu Ruiz transforme (00-14). Les anciens ne changent pas leur stratégie organisée autour d’un jeu d’avants. La défense des -30 subit les assauts répétés et doit se mettre à la faute suite à un maul qui a déroulé sur plusieurs mètres. L’arbitre Arnaud Martin n’hésite guère et accorde un essai de pénalité aux hommes de Bégu qui reviennent dans la partie (07-14). Il reste peu de temps avant la mi-temps et les « anciens » remettent la pression sur les « jeunes ». On les retrouve très rapidement devant les 5m adverse. Ils bénéficient d’une mêlée proche de la ligne d’essai. Le n°8 sort, percute et crée un maul. Pierre Le Garnec s’en extirpe et marque. Jérésime Cottrez transforme et c’est la mi-temps (14-14)

La mi-temps profite aux joueurs d’Ilan Tomasso, ils repartent en trombe et remettent la main sur le ballon. FG Giroux s’échappe à nouveau et traverse une bonne partie du terrain, il est relayé par le lyonnais Briac Pouyé qui marque et transforme l’essai (14-21). Moins de 5 minutes plus tard, Alix Revert assomme les anciens en filant à l’essai, Briac transforme (14-28). Dans la même situation qu’en début de match, les +30 se retrouvent avec 14 points de retard. Ils reprennent alors leur stratégie de la main mise sur le ballon avec très peu de jeu aéré afin de ne laisser aucune opportunité de contre aux minots. A la 55ème, Romain Preteseille file en terre promise et réduit l’écart (19-28). Il est imité dix minutes plus tard par Harlow Fres suite à un maul qui déménage tout sur son passage (24-28). Dans la foulée, à la 70ème, les anciens bénéficient d’une mêlée dans les 22 adverse, après quelques temps de jeu devant, Nordine Addi marque et J. Cottrez transforme (31-28). Le chassé croisé au score est maintenant à l’avantage des +30 de Julien Bégu, mais pour peu de temps. En effet, à la 75ème les -30 repartent en contre et Sinxay Souvannavong récupère la balle sur la ligne médiane. Il accélère, évite plusieurs défenseurs et marque (31-33). Les « jeunes » reprennent le score. Mais dans la continuité du coup d’envoi les avants des +30 récupèrent le ballon et c’est Mathieu Barré qui aplati dans l’en but, J. Cottrez transforme (38-33). En fin de rencontre les +30 bénéficient d’une pénalité dans l’axe des poteaux, contrairement à leur attitude durant la rencontre, ils décident cette fois ci de la tenter et J. Cottrez passe 3 points de plus (41-33). Ils ont bien fait, car dans les arrêts de jeu, Gabriel Bizos file à l’essai pour conclure la partie (41-38)

2

Sur le bord du terrain, Christian Pouliquen, accompagné de la Présidente Anne Sampermans et de J.P Le Balch remet le Trophée des 30 au capitaine de +30 Julien Bégu. Dans la foulée, le Président du S.C.U.F Omnisports Lionel Busson, remet un ballon commémoratif à tous les acteurs de la finale 2009. Clément Le Garnec, détenteur du Prix La Gauffre remet la nouvelle version du Trophée à Arnaud Simon. Enfin, il y a peu de concurrence pour la « Clef de 12 » qui revient haut la main à Arnaud Beuille !

La journée du club continuera son cours jusqu’en fin de soirée avec la diffusion de la Finale du Top14.

Nous avons eu plaisir à retrouver nos anciens Daniel Sampermans et Wladimir Hagondokoff de passage. On a pu croiser Daniel et Thierry Bourrel, Jean-Luc Larribeau et Gérard Potier pour les scufistes des années 80′. Pour les années 90′, en tribune on a vu Jérome et Max Hospital, Lazz, Julien Schwartz, Clément Chambaz, Sébastien Guillermet, Yves Larget, Laurent Crochet, Raphael Andrieux, Vania Mrazovac, Edouard Deros, Laurent Olivé, Olivier Bejanin, Jean-Michel Guignard. Du côté des années 2000, on a revu Kevin Belin, Sébastien Lacaze, Vincent Lignon

Le commentaire de Julien Bégu : Il y avait tous les ingrédients pour que cette journée soit réussie. Il faisait un temps d’été et les animations tout au long de la journée nous ont permis de partager d’agréables moments. Les 10 ans de la victoire de l’équipe de 2009 venait agrémenter cette journée pleine de convivialité avec ces retrouvailles. Concernant le match de fermeture, celui qui oppose les moins de 30 à ceux de plus de 30 ans, ce fut un match engagé, viril mais un des plus beau qui m’a été permis de jouer. Forcément je suis heureux de la finalité mais le plus important était ailleurs car le SCUF est un club avec une histoire forte, il était donc important de célébrer ce moment avec le maximum de personne. Je tiens à remercier l’ensemble des dirigeants et bénévoles qui ont permis que cette journée et soirée soit une pleine réussite ! A l année prochaine et vive le SCUF !!

Le commentaire de la Présidente Anne Sampermans : Je tiens à remercier chacun d’entre vous pour la magnifique journée de samedi ! C’était une grande première et nous pouvons dire que c’était une réussite. Merci à Lionel de nous avoir ouvert les portes du club house, malgré l’incident découvert hier, restons sur une note positive. Nous pouvons également  remercier M. Zossou et les stadiers qui ont été d’un grand soutien. Merci aux différentes catégories d’avoir mobilisé leurs joueuses et joueurs et d’avoir organisé ces belles rencontres et la logistique. Merci à Clark pour la coordination de l’arbitrage et à Lazz pour la préparation et les trophées. Renat’, PLG, bravo d’avoir réussi à mobiliser les 2009 pour l’occasion, je crois quils étaient ravis et nous aussi,  c’était un plaisir de les revoir. Merci à JC Diaz et un grand merci à sa maman pour ce fabuleux dîner. Laurent Chabé transmettra  également nos remerciements pour les crêpes corréziennes que Lionel a finalement beaucoup appréciées. Enfin un grand merci à celles et ceux qui ont tenu le bar tout au long de la journée et qui ont aidé aux différentes installations le matin et la journée et qui ont rangé le soir. Je n’ai pas tout le monde en tête (je pense à Eno, Gabrielle, Max, Edouard, Romain S, Vincent L, Mathieu B, Gautier, Arnaud Beuille). Merci Jérésime, Laurent L, Julien S et Julien B pour la préparation en amont. Et surtout une spéciale dédicace à Laurent Chabé, merci Laurent! Si le niveau de satisfaction est proportionnel au niveau de fatigue, et bien je peux vous dire que jétais  très très très contente. Par contre, je vous l’annonce déjà, on va revoir quelques petites choses pour la 2ème édition la saison prochaine, histoire de faire encore mieux . Merci encore, ce weekend annonçait la fin de la saison, donc à la saison prochaine et bon été !

1

  • X – Leo Chenivesse – Jeff Foucard – Briac Pouyé – Harlow Fres – Valentin Foucher – Guillaume Perdereau – J.B Gélis – Thomas Poletti – Quentin De Tarlé – Kevin Belin
  • Sebastien Chouraqui – Sylvain Raymond – Stéphane Zancanaro – Mathis Briand – J.C Diaz – Mathieu Ruiz – Pierre Le Garnec – Elliott Weill – Arnaud Martin – Alix Revert
  • Pommath Biaye – Nicolas Paradis – Max Pelletier – Thibaut Roueff – Gabriel Bizos – Clément Le Garnec – Marc Alvarez – FG Giroux – Lionel Peltreau – Laurent Chabé
  • Baptiste Duguit – Timothée Tanvier-Richard – Lawrence Platt – Raphael Bizos – Jérésime Cottrez – J.Baptiste Muckensturm – Nordine Addi – Paul de Verneuil – Julien Martello – Sinxay Souvannavong
  • Toto Vendrell – Florent Gallaire – Gauthier Hilfiger – Bertrand Birade – Thomas Chanton – Nicolas Valenzuela – Enzo Chenivesse – Denis Choquet – Arnaud Beuille – William Monin
  • Pascal Augé – Heseloni Fakatika – Germain Troublé – Mathieu Barré – Emmanuel Mota – Olivier MAunoury – Laurent Cottereau – Romain Preteseille – Vincent Barbe – Geoffroy Constant – Yann Lavoir
  • Olivier Birade – J.P Le Balch – Christian Pouliquen – Ilan Tomasso – Anne Sampermans – Julien Bégu – Stéphane Chanfreau – Jérome Riboulet – Thomas Schwartz
  • Absents sur la photo : François Derome, Romain Sentout, Antonin Pagnier, Rodrigo De Casas, Arnaud Corbier



Remise du Bouclier de Brennus

Le 15 juin, à l’occasion de la Finale du Top 14 au Stade de France entre le Stade Toulousain et Montferrand, les Juniors du S.C.U.F Gaston Decremps et Emile Le Gac ont apporté le Bouclier de Brennus sur la pelouse du stade. Encadré par Laurent Laguerre, ils ont mis à l’honneur les couleurs du club.

Dix jours plus tôt le S.C.U.F, ses juniors accompagnés de leur coach Arnaud Martin, du Président Lionel Busson et du Secrétaire Général, étaient reçus au Rugby Club pour une cérémonie de remise de petite réplique du Bouclier de Brennus

0brennus




Cadets à X : Le S.C.U.F. champion IdF Groupe A !

cadets a X champion 1

Quatre équipes pour cette phase finale RUEIL (nos hôtes) le RUGBY CLUB BAGNOLTAIS et MLSGP (MAISON LAFFITTE ST GERMAIN POISSY).

La première impression en arrivant sur le champ est qu’à la course aux gabarits, un peu comme d’habitude, le SCUF n’était pas donné gagnant !

La première rencontre face à Bagnolet confirme qu’à dix la mobilité est cependant un atout. Assez vite les Noirs et Blancs font la différence : 19-0.

Spectateurs de la rencontre suivante, MLSGP/RUEIL, les joueurs et les supporters s’inquiétèrent d’un niveau de jeu assez supérieur à celui de Bagnolet de ces deux formations et particulièrement du vainqueur Rueil.

La rencontre avec nos hôtes est, en effet, plus rugueuse. Les noirs et blancs sont menés 7 à 5 jusqu’à la dernière minute où un essai salvateur, très bien amené par un beau déroulé des arrières leur donne la victoire : 12-7.

La rencontre avec MLSGP est loin d’être une formalité mais les joueurs n’ont pas relâché la pression montrant une maturité encourageante, le score est à nouveau sans appel : 21-0.

Après une saison plus qu’honorable en championnat de France à XV, l’équipe 1 est donc devenue, cette après-midi, championne d’Ile-de-France de la meilleure catégorie régionale à X.

cadets a X champion 3

L’équipe présente: Auer ; Cardoso ; Chaumanet ; Danne ; Decremps; Dielenschneider ; Fihey ; Guillemot; Jaxel; Lerner ;  Michelin ; Milande ; Oukherfalla ; Rémy ; Tardieu A.

@H.Fihey

cadets a X champion 2




Ecole de Rugby : U14 vice-champions A1 – Mais si, c’était une belle après-midi !

Evidemment, la tentation naturelle est de se référer aux grands adages : une finale ne se joue pas, elle se gagne. Et puis l’après-midi passant, on a fini par se dire que les choses étaient plus simples que ça, qu’il fallait avant tout la vivre. Pleinement, entièrement, sincèrement. Et de ce point de vue là, les U14 sont allés au bout de leur aventure le 1er juin, sur ce beau stade Robert Barran de Plaisir où le club avait eu la générosité de les emmener en car et où Plaisir et Sarcelles étaient venus jouer crânement leur chance sous un soleil de plomb. Convoqués en finale A1, soit, pour faire court, au sommet triangulaire de l’élite d’Ile-de-France expurgée de ses clubs pros, les scufistes ont joué deux matches, en ont perdu un et le titre avec. Et ils ont appris des milliards de choses. Puisque l’heure est au bilan et aux références, n’ayons pas peur des mots et citons Churchill (comment ça, j’exagère ???) . « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends ».
L’apprentissage avait commencé la semaine précédente. Le sommeil tardait à venir pendant que s’échafaudaient les exploits putatifs. On se faisait la promesse de « se teindre les cheveux en blanc si on gagne le titre » et les mamans se risquaient à visualiser le tableau. Les parents demandaient « qui vient samedi ? ». On se regardait les bobos en se demandant si ça allait « tenir ». On échappait maladroitement les ballons à l’entraînement, signe que la fébrilité tendait à l’emporter sur une concentration pourtant exemplaire.

u14-f

Que retenir de la finale, sur le plan purement sportif ? Le SCUF a perdu le match qu’il menait à la pause (SCUF – Plaisir : 10-5 à la mt, 10-19 au coup de sifflet) et remporté celui qu’il avait entamé à l’envers (SCUF – Sarcelles : 0-7 puis 14-7). Il a déjoué au moment de conserver un score favorable mais s’est lâché quand il n’avait plus à perdre que son amour-propre. Il a perdu pied, mentalement, au moment de porter l’estocade alors que le bras était armé pour conclure. L’équipe a multiplié les tentatives aussi individuelles que désespérées, faisant le choix, comme à plusieurs occasions cette saison, de s’en remettre à ses « facteurs X » chargés de changer la face du monde à eux tout seul, plutôt que d’assumer patiemment le projet de jeu collectif. Qu’en conserver sur le plan humain ? Qu’avec une once de confraternité portée par deux cadets venus les soutenir, un public de parents chauds bouillants qui auraient mérité le titre, un quatuor d’éducateurs au taquet et un mental finalement pas si friable, les p’tits noirs (qui jouaient en blanc) ont réussi à relancer la machine et à convertir la rage de perdre en saine motivation. Les voilà crédités d’une méritoire deuxième place en IDF, sur un total de plus de 110 clubs. Contrat on ne peut plus rempli. Chapeau, les gars.
Il n’en fallait pas plus pour qu’ils retrouvent le sourire. Dans cette ultime victoire, dans ce rebond positif à l’issue d’une saison entamée le 15 septembre et étirée jusqu’aux premières chaleurs de juin, les joueurs apprenaient que l’on pouvait revenir de tout. Dans ces photos de groupe, allongés sous les poteaux, dans ces chants qui finissaient par jaillir du car, dans ces culs nus collés à la vitre sur l’autoroute comme il sied à pareille circonstance, ils ont célébré la force magnifique d’un groupe en construction perpétuelle depuis les U8.
Tenez, souvenez-vous… Il y a deux ans déjà, 2005 et 2006 s’étaient bâti rien moins que des souvenirs pour la vie : six tournois, quatre finales dont deux titres, un combat titanesque à Massy en novembre, un nul au Racing sur la neige, une victoire épique en demie contre La Rochelle à Nantes… Ils en parlent encore ! Il n’est donc guère surprenant que les mêmes, agrémentés de quelques nouveaux qui n’ont pas tardé à se faire une place, se soient retrouvés cette année avec un égal plaisir d’être ensemble, une façon de s’aimer, de se retrouver à neuf en sélection de Paris, de se battre les uns pour les autres.

Plus que ces 15 minutes ratées face à Plaisir, plus que ce petit quart d’heure où la lucidité s’est noyée dans la peur de bien faire, il faudra surtout se souvenir d’une année aboutie, avec en étendard la qualification des deux équipes en demie-finale. On retiendra les branlées à répétition concédées par la B aux mastodontes du tournoi de Rosny-sous-Bois sans qu’une seule fois, la solidarité du groupe ne se lézarde. On se réjouira des petits de la B convoqués en A sur la fin d’année pour palier les blessures. On saluera les éducateurs qui sont passés d’un groupe à l’autre avec le même engagement tout au long de l’exercice. Et on chérira ce resplendissant tournoi Super Challenge de Suresnes, où le SCUF allait avec conviction se faire punir tous les ans depuis quelques lustres, et dont nos valeureux soldats sont repartis cette fois 4èmes (sur douze), avec la meilleure attaque, des plaies et des bosses, et des sourires lumineux que même les parents seront tentés d’encadrer sur la cheminée.
La suite, forcément, est à inventer. Il reste deux tournois pour se vider de l’eau sur la tête, chanter encore un peu, tenter de revivre une fois la magie du collectif et des enchainements vertueux. Ensuite, ce sera demain. Dès la fin août, les 2006 devront prendre leurs responsabilités et emmener avec eux une génération 2007 qui pue le rugby et n’aura à cœur que d’écrire son histoire propre en U14. Les 2005, eux, vont quitter cette Ecole de Rugby qui leur a tant transmis. Certains font 1,80m et tous ou presque affichent gaillardement de virils poils aux pattes. Ils intègrent les cadets (U16) et joueront, pour certains, en Nationale 2, le championnat de France amateur, en compagnie des 2004 qui y ont déjà goûté cette année avec le succès que l’on sait (32e de finale). L’amour du maillot ? Il est acquis. Les générations se croisent, se font et se défont. Les éducateurs travaillent, réfléchissent, échangent. « Rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme », professait Lavoisier. C’est aussi le cas au SCUF, tant qu’il reste du blanc, du noir, un bouclier comme effigie et une incomparable envie de vivre ensemble.

Didier Lauras


Les champions Ile de France sont :

Niveau A1 : PLAISIR RC 1 contre S.C.U.F
Niveau A2 : USO MASSIF CENTRAL 1
Niveau A3 : USO RIS ORANGIS 1
Niveau B1 : RC CHAMPS SUR MARNE VAL MAUBUEE
Niveau B2 : RMCS77 MELUN COMBS
Niveau C : MASSY 2
Niveau Equipes 2 : RC VERSAILLES 2
Niveau Jeu à X : RC GARCHES VAUCRESSON

Les 24 clubs ayant participé à ces finales seront conviés à une réception organisée par la LIFR, en septembre, afin de fêter ensemble leur beau parcours et leur remettre les boucliers et coupes ainsi que des tee-shirts offerts par l’Amicale du Tournoi des VI Nations.

Pour les saisons 2019 et 2020, tous les Champions Ile de France M14 se verront remettre un jeu de maillots par de généreux donateurs dédiés entièrement aux Ecoles de Rugby.




– BILAN DE LA SAISON –

Des Seniors aux Cadets, les coachs livrent leurs bilans de cette saison 2019


Le bilan de l’Equipe 1 Seniors par l’entraîneur Arnaud Pehau :

La saison 2018-2019 était une double saison de transition. Pour notre équipe première. En effet, digérer une descente et une saison à 21 défaites  n’est jamais aisé. Double saison de transition car c’était également une saison sans Sylvain Lamy depuis 5 ans. Nouveaux entraîneurs , nouvelles méthodes, nouveau discours….
Cette saison était la saison de tous les dangers. Et elle l’a été.
On a retrouvé un groupe fin août enthousiaste et euphorique à l’idée de retrouver le chemin du stade. Le club (merci au bureau) nous à permis de partir en week-end d’intégration à Langres sur les terres de  Vincent, nouveau coach de la B.  Il a tenu toutes ses promesses mais bon aucune surprise de ce côté là, le côté joyeux luron des scufistes n’est pas à prouver.
La préparation est bonne avec une victoire encourageante contre le Red Star sous une chaleur accablante.

Tous les indicateurs sont aux verts pour débuter cette saison.

Malheureusement cela sera de courte durée. La phase aller n’est que le reflet de la saison en Féd3. On doit gagner beaucoup de match mais on les perd par manque de maîtrise technique, stratégique et psychologique. Un match de rugby se joue contre 2 adversaires, d’abord nous même puis contre l’équipe adverse. Malheureusement nous avons trop souvent perdu contre nous mêmes.
2 tournants dans cette phase aller, la perte de notre fer de lance Antoine Simon contre le Rcp15 mais également le match de Clermont à Rousié ou on perd complètement pied dans le jeu mais également dans l’attitude.

Nous aurions du/pu avoir 4 victoires de plus avant de partir manger la dinde de Noël. Montesson nous perdons sur une pénalité à la dernière seconde. Clermont et Lagny nous perdons sur une interception en fin de match et Clichy où on n’est pas  sorti des vestiaires. Certes cela aurait été des victoires à la Pyrrhus mais le bilan comptable aurait été meilleur.

Après que l’on se soit tous souhaité la bonne année et de nombreuses victoires nous voilà de retour sur le près pour la phase retour.
4 victoires en 3 matchs…. Ils semblerait que les mouches ont changé d’âne.
C’est le moral au beau fixe que nous recevons nos meilleurs ennemis du Rcp15. Malheureusement la montagne s’est avérée trop haute. Défaite nette contre une belle équipe du Rcp15 (Gérard va choper des boutons!).
Il nous reste 4 matchs pour que l’on se prouve que nous ne sommes pas à notre place dans ce classement (7eme). Malheureusement nous sombrons à Clermont qui décidément ne nous réussit pas. Nous perdons sur une erreur bête contre Lagny alors que le match était gagné avant d’avoir un formidable sursaut d’orgueil contre Clichy où nous remontons 20 points dans le dernier quart d’heure avant de les coiffer sur le fil. Qu’elle fut belle !! Il y a longtemps que nous n’avions pas ressenti un telle émotion.
La dernière défaite contre Versailles est anecdotique sachant que notre objectif ce we la était de qualifier notre B. Une victoire bonifiée contre les versaillais nous ouvrait les portes de la qualification. Ce qui fut fait et bien fait.

Pour notre B le parcours a été plus paisible avec un mise en route un peu compliquée où de nombreux points de bonus offensifs ont été oubliés en route. L’équipe était nouvellement  coachée par Vincent. Il a fallut une petite phase de rodage avant que l’équipe ne prenne son envol. Ce retard comptable  aurait pu être fatal tant la lutte fut âpre pour décrocher les 2 sésames pour la qualif. 2 fauteuils pour 3. Mais grâce à ce dernier formidable match contre Versailles, le Rcp15 s’est vu rester à quai pendant que le train pour les phases finales démarrait.

Les phases finales pouvaient commencer. Et quel premier match en demi finale IDF grâce à une victoire contre une très belle équipe de Mlsgp !! Victoire sur le Gong grâce à une contre attaque de 80m.  A nous le championnat de France !!
Les dimanche se suivent mais ne se ressemblent pas. En effet bis repetita pour un match couperet contre Versailles en finale IDF mais cette fois ci la chance est du côté des châtelains qui remportent le match d’1 point. A eux le titre, à nous les regrets.
16eme finale du championnat de France réserve honneur contre Lille Métropole RC Villenevois et belle victoire où de nombreux juniors majeurs sont venus nous prêter main forte en ce beau we stratfordien. La relève est assurée.
Et puis les 8eme de finale et bis repetita, non, ter repetita contre Versailles, 3eme match en 1 mois, la belle. Une belle qui a été encore une fois cruelle pour nos petits scufistes . Les 2 équipes sont au coude à coude mais une fois de plus c’est Versailles qui l’emporte de 3 points. C’est cruel mais c’est la dure loi du sport. Fin de la saison, à l’année prochaine.




Le bilan de l’Equipe 2 Seniors par l’entraîneur Vincent Chevrier :

Au-delà de la frustration –légitime ! – de phases finales au goût d’inachevé, c’est un bilan positif qu’il faut dresser de cette saison.

Quelques chiffres tout d’abord :

  • 20 matches (dont 16 de phase régulière) pour 15 victoires, 1 nul et 4 défaites
    • 61 points terrain marqués sur 80
    • 94 essais pour un total de 551 points inscrits
  • Vice-champion d’Ile de France (défaite 18-19 contre Versailles)
  • 1/8e de finale du championnat de France (défaite 21-24 contre Versailles de nouveau – nous y reviendrons)
  • 76 joueurs utilisés sur 106 licenciés

76 joueurs utilisés : cette statistique exprime tout autant le lien entre 1 et 2, le choix fait par le staff en début de saison de ne pas diviser les groupes. Sur ces 76 pourtant, 16 ont joués plus de la moitié des matches. Et c’est là une vraie réussite de cette saison, avoir stabilisé un groupe, limité autant que faire se peut la rotation sur les postes-clés. Cela a sans aucun doute participé aux résultats et à l’ambiance.

Pourtant, l’aventure ne démarrait pas de la meilleure des façons : un groupe à construire, un staff nouveau et incomplet. Les premiers matches s’en ressentent et il faudra en fin de saison rattraper le retard pris au classement en ce début d’année. En effet, nous laissons en chemin des points de bonus précieux dans un championnat serré qui ne qualifie que les deux premiers (10-05 vs Soisy, 21-14 vs Montesson, 22-15 vs Gif, 22-17 vs. EGG, 10-13 vs RCP15). Après quelques semaines de rodage et surtout l’apport de joueurs dévoués au club, Clément puis Antoine, qui mettent à profit leur blessure pour faire bénéficier le groupe de leurs compétences d’entraîneur – merci à eux !

Une deuxième phase de championnat plutôt satisfaisante tant dans les résultats (25-0F vs Clermont, 33-05 vs Lagny, 17-7 vs Clichy, 10-35 vs Versailles) que dans la manière (le plan de jeu bien intégré et des joueurs qui peuvent s’y exprimer) ne nous permet toutefois pas de rattraper notre retard pour s’assurer les places qualificatives. Rien n’est perdu pour autant et nous avons notre destin en main. Il faudra faire un carton plein : gagner tous les matches avec le bonus offensif, ce qui est quasi choses faite (59-7 vs Soisy, 22-13 vs Montesson, 64-05 vs Gif, 38-19 vs Lagny, 53-15 vs Clichy). Mais surtout, remporter le duel contre l’autre prétendant à la qualification, le RCP 15. Mais ça serait être petits joueurs ! Pour maintenir le suspens jusqu’au bout, ce sera match nul. Peur de gagner ou plaisir de s’offrir un vrai défi ? Quoiqu’il en soit, la qualification dépend maintenant d’une victoire bonifiée contre Versailles, les premiers de poule ; et d’une victoire non bonifiée du côté du RCP 15. Le sort semblait en être jeté. Déjà qualifié, Versailles ne vient pas avec sa meilleure équipe et surtout manque d’humilité en ne tentant jamais les points. Las ! La victoire d’un SCUF déterminé sera de 33 points à 0, offrant le point supplémentaire pour devancer le RCP15. Ite missa est, la B connaitra les joies des phases finales.

Face à des adversaires de bon niveau, la demi-finale contre MLSGP est palpitante, les deux équipes se rendant coup sur coup, pour une victoire sur le gong, après une remontée flamboyante de Raphaël « pas-de-passe » Bizos et une conclusion de Magic Muscu C. Le Garnec.

La finale sera tout aussi palpitante bien que plus rude et plus amère. Malgré de belles actions, un essai sur touche (ce qui au vu de la réussite de la conquête cette année est un exploit) et une défense héroïque, l’équipe s’incline à la dernière minute sous les coups de butoir d’une équipe de Versailles solide et pragmatique. Satané bout de bois qui nous échappe !

Très vite, il faut oublier la déception et se projeter sur le championnat de France. Après une victoire logique mais sans la manière contre LMRCV, nous affronterons en 1/8e… Versailles une nouvelle fois. Non pas que d’autres clubs franciliens aient été qualifiés et qu’un autre tableau soit permis… Ce 8e a le même goût que la finale. Se rendant de nouveau coups pour coups, certes avec moins de style dans le jeu, Versailles réussit là où l’on pèche : la gestion du match et la conservation du ballon.

L’année s’achève là mais pas notre aventure. A l’image des phases finales qui ont permis d’intégrer des jeunes espoirs plein de talents, de nombreux joueurs se sont révélés cette année. Pour ne citer qu’eux : des jeunes comme Gabriel Bizos, des reconversions dans la cage comme Guillaume ou Nordine, des mercenaires de Terres Australes comme Rodrigo. Sans oublier le renfort d’infatigables pas-si-vieux comme Arnaud Martin. Surtout c’est tout un groupe que l’on a hâte de retrouver au mois d’août !



Le bilan des Seniors Féminines par l’entraîneur Jose Machado :

L’année a été riche en suspens et rebondissements, et au final les objectifs fixés en commun par le staff et les joueuses est atteint. Le championnat de Fédérale 2 féminin était composé de deux parties, une première phase de poule très francilienne, de laquelle nous sommes sortis premières, à la lutte avec Meaux et Chilly-Massy, puis nous sommes passées dans une seconde phase, où la première place en poule de la 1ère phase nous a permis d’éviter de grosses écuries et de longs et fastidieux déplacements, fait absolument majeur pour la suite de la saison. Milieu de l’hiver, et nous débutons la deuxième phase à Arras, où nous sommes corrigées, en encaissant 40 points, défaite salutaire, qui à fait prendre conscience au groupe que les efforts fournis jusqu’à présents étaient insuffisant.
Le déclic : Cette défaite à Arras a tout changé, sur notre approche des matches et des entraînements, et elle fut notre dernière défaite de la saison jusqu’à la demi finale du championnat de France, preuve que tout le monde ronronnait gentillement dans un confort douillet.

A coup de séance vidéo, et supervision de nos adversaires, nous gagnons les 5 matches suivants avec bonus offensif, et nous finissons 4ème au ranking national, ouvrant la perspective d’un quart de finale « plus facile », décisif pour la montée en F1, qui petit à petit devient un objectif crédible. Nous voilà parties à Bourg lès Valence dans la Drôme, pour affronter une équipe « sélection de Corse », fruit de la collaboration de tous les clubs de Corse. Match très serré, mais très ouvert, où les deux équipes maîtrisent leur rugby. Les Gorettes l’emportent finalement à la dernière minute face aux Ponettes, sur le score de 17 à 15, obtenant par la même une montée méritée en F1. En demi finale, face à une équipe du stade français de très bon niveau, la réussite nous fuit, et notre rêve de titre s’envole… Saison réussie donc, qui appelle de beaux espoirs pour la saison prochaine




Le bilan de l’équipe 3 Vieux Cochons :

L’Equipe 3 Vieux Cochons survit dans un championnat des Clubs du Samedi qui n’est plus que l’ombre de lui même. Face aux conditions drastiques imposés par la FFR, la plupart des clubs ont migré vers la FFSE. Le SCUF se retrouve dans une poule unique composée de 4 clubs… C’est donc sans gloire qu’ils seront qualifiés pour les demi-finales où ils s’inclineront largement face au PORC. Ils remporteront le match de le Consolation face à Rueil. Un dernier trophée pour cette équipe de grognard.

Pour la saison prochaine, la Ligue IdF a proposé d’intégrer les équipes du Club du Samedi au championnat des Réserves de Promotion Honneur. A suivre… Il y aurait 14 équipes, dont 8 de PH, qui seraient réparties en deux poules de 7.




Le bilan des Juniors par l’entraîneur Arnaud Martin :

Une saison pour apprendre, la prochaine pour performer
 
Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas, et celle-ci a été plus que jamais en 1/2 teinte…mais elle est plus que jamais prometteuse !
 
Avec 17 matchs joués, 4 victoires, 1 nul et 12 défaites, on ne peut pas vraiment dire que cette saison soit une réussite pour une première au niveau Nationale 2, ex-Balandrade, niveau auquel le SCUF ne s’était pas frotté depuis plusieurs saisons. Soyons certains d’une chose, pour reprendre une expression chère à notre CLG national, « nous étions invités » en ayant quelques fois rivalisé avec le gratin du niveau ! Mais nous, joueurs comme entraineurs, n’avons pas tout le temps été à la hauteur des exigences imposées par le haut niveau jeune. Le reconnaître c’est comprendre, avancer, s’adapter et s’assurer une saison 2019/2020 plus sereine, ou tout du moins bien plus ambitieuse.
 
Mais tout ne peut pas être de notre faute quand même, rassurons nous 🙂 Contrairement aux équipes que nous rencontrions, 55% de nos joueurs sur nos feuilles de match étaient 1ère année. A plusieurs reprises nous nous sommes confrontés à des équipes 100% deuxième année et où la dimension physique était supérieure. De quoi nous rendre ambitieux pour la saison prochaine. D’autant plus que la génération 2003, qui montent des U16, a quant à elle tirée son épingle du jeu jusqu’au 32ème de Finale du Championnat de France, aussi en National 2. Nous ne savons pas pour vous, mais pour nous, nous avons déjà hâte d’être à la rentrée !
 
Notre Club se veut ambitieux et viscéralement Amateur. Nous le serons par la formation et la fidélisation de nos jeunes jusqu’à leur valorisation en Séniors. Un gros travail a déjà été entrepris depuis quelques saisons par une formation améliorée dès l’école de rugby. Nous le voyons génération après génération, et celles à venir sont toujours plus prometteuses. Il nous appartient de plus que jamais d’en être fier, et à nous les U18, dernier palier avant les Séniors, de nous en montrer à la hauteur.
 
Enfin, nous ne pourrons pas terminer ce bilan sans évoquer Alix REVERT, Emile Le GAC et Gaston DECREMPS. 3 Juniors qui ont pu évoluer avec les Séniors en fin de saison et surtout avec la Réserve dans leur parcours en Championnat de France. De quoi être fiers !
 
Nous vous donnons RDV la saison prochaine,
Vive le SCUF !



Le bilan des Cadets par l’entraîneur FG Giroux :

La saison a été très bonne. Nous avions pour la première fois depuis 7 ans décidé de tenter de qualifier une équipe cadet dans le championnat haut (Nationale 2 ex-teulière A). Les barrages étant arrivés ridiculement tôt dans l’année (les premiers week-end de septembre), nous nous sommes pourtant bien débrouillés puisque nous avons gagné nos deux matchs et nous nous sommes qualifiés. Le premier objectif était donc rempli.
Pour autant il fallait essayer d’exister dans ce nouveau niveau, où les déplacements parfois lointains donnaient un vrai goût de haut-niveau jeune (des déplacements à Strasbourg et Metz par exemple). Nous avons fait plus qu’exister puisque que nous avons réussi à nous qualifier pour les championnats de France en finissant 4ème d’une poule relevée puisque la suite nous apprendra que tous les qualifiés de notre poule ont réussi un beau parcours en championnat de France. L’objectif était de réussir à s’amuser, et je pense que nous avons réussi à le faire. La qualification était un joli cadeau pour les joueurs. Pour les entraineurs, le cadeau était d’avoir le luxe de se passer de barrage pour l’année suivante : en finissant au pire 6ème, nous étions assurés d’être à nouveau invité dans ce championnat. Nous sommes donc très satisfait à ce niveau-là, puisque cela assoit de façon pérenne le SCUF dans le haut niveau jeune. Par ailleurs, nous avons réussi à intégrer un bon nombre de cadets première année dans l’équipe 1 se qui augure une belle saison l’année prochaine : nous étions en moyenne à 1/3 de première année sur nos compositions.
A côté de cela, l’équipe 2 a elle aussi réalisé un beau parcours en se qualifiant également pour les phases finales du championnat Régional 2. Le jeu produit a été très enthousiasmant et les joueurs ont vraiment pu s’amuser en match en tentant des choses, avec un gros volume de liberté dans le jeu.
En prime de cette belle saison régulière, nous avions décidé d’inscrire deux équipes dans le tout nouveau championnat de rugby à X, dont une équipe dans le groupe le plus haut (groupe A). Les joueurs ont là encore répondu présent puisqu’ils sont allés chercher le premier titre de champion IDF de rugby à X dans le groupe A. Un trophée pour récompenser l’investissement que les joueurs ont mis cette année et pour matérialiser la progression du groupe : 90 % des joueurs victorieux étaient des joueurs qui jouaient 2 niveaux en-dessous l’année dernière, quand ce n’était pas dans la catégorie d’âge inférieure…
Donc beaucoup de satisfaction sportivement.
 
 
Pour la saison prochaine, nous allons pouvoir corriger beaucoup de chose que nous aurions voulu faire différemment, et encore plus de chose que nous aurions dû faire différemment !
D’abord, le fait de ne pas avoir à jouer les barrages va nous permettre d’avoir un vrai début de saison, de s’occuper de la constitution et de la cohésion du groupe, poser quelques principes de base dans notre jeu et arriver avec plus de certitudes en octobre : notre boulot d’entraineur sera donc a priori beaucoup plus confortable et efficace.
Par ailleurs, la génération qui monte de minimes a vraiment été bien formée, notamment techniquement et cela va nous permettre de nous appuyer sur des joueurs nouveaux immédiatement et de pouvoir mettre en place la fameuse concurrence entre les joueurs, un ressort très efficace d’implication et d’investissement des joueurs, surtout quand elle se fait entre une génération établie et une nouvelle génération !
Les objectifs restent à fixer conjointement avec les dirigeants (j’en profite d’ailleurs pour faire un appel pour recruter des dirigeants pour les deux équipes cadets, nos deux compères dirigeants nous quittent et nous allons avoir besoin de parents dévoués, ou d’amoureux du rugby quand ce ne sera pas les deux, pour nous aider. La récompense est de pouvoir suivre de façon privilégiée des gamins formidables au plus près dans les vestiaires et sur le terrain).
Nos objectifs sont donc de faire aussi bien que cette année : Nous voulons qualifier nos deux équipes pour les phases finales de leur compétition respectives. Nous espérons que nous ferons la saison qu’il faut pour permettre mathématiquement cette qualification, mais surtout que nous aurons suffisamment développé les joueurs pour qu’ils soient armés pour ces moments si particuliers des phases finales. Nous espérons avoir suffisamment bien bossé avec le staff pour pouvoir leur offrir la possibilité de joueur avec des certitudes, de la confiance et de la liberté dans des matchs qui restent en mémoire toute la vie.
A côté de la, nous espérons enfin faire changer les mentalités des joueurs et des parents concernant l’engagement avec l’équipe 1 : la chance de pouvoir jouer contre les meilleurs et donc de progresser beaucoup plus vite n’ira pas sans un engagement durable des joueurs : la préliste de 35 joueurs réclamée par la fédération en début d’année ne doit pas être une nouvelle fois une liste de joueurs indisponibles : chaque place prise est un privilège, qu’on doit d’honorer par sa présence aux entrainements et aux matchs. La situation a été compliqué numériquement à la fin de saison, surtout pendant les phases finales et nous n’avons finalement pas pu aligner nos meilleurs joueurs sur les matchs les plus importants, nous serons donc beaucoup plus ferme vis à vis de l’engagement des joueurs dans le groupe.




Boutique S.C.U.F


Calendrier

Vous pouvez aussi l’intégrer à un outil de calendrier en utilisant l’URL suivante (format ical) : https://calendar.google.com/calendar/ical/pc5vbckvrmqgkj6rtbtlh8i5og%40group.calendar.google.com/public/basic.ics



L’archive sortie du grenier… : 2001

Samedi 9 juin 2001, c’est la première édition du Trophée des 30. Le match se joue sur une annexe du stade Pershing à Vincennes. Ce match, imaginé par Lionel Busson et Jean-Marc Hanna, et mis en oeuvre par Florent Lazzerini connaîtra un destin neutre avec un match nul à l’issue. Un score étriqué pour une rencontre qui restera tout de même le match le plus violemment correct.

14 h30, le gros des joueurs est là. Chaque équipe s’organise avec les joueurs présents, les chacals (- de 30 ans) attendant un ailier, les andropauses (+ de 30 ans) attendant beaucoup plus de remplaçants. 15h les deux équipes vont aux vestiaires. Les chacals arborent le maillot du match mythique Scuf-Stratford de cette année (jaune et vert) et les andropauses un jeu de maillots tout neuf noir et blanc (originalité oblige) avec tous le même numéro: le 30!

Les fiers combattants se dirigent vers le terrain, tout le gratin scufiste est là, notre bon président, notre diététicien, notre soigneur, les pré-retraités, les femmes et amies des joueurs toutes plus ravissantes les unes que les autres ! Le match s’engage: coup de pied, et déjà première mêlée. De suite on s’aperçoit des techniques mises en place par les équipes lors de l’échauffement. Martial tu pars à droite ou à gauche au ras? Très vite les exploits collectifs et le beau jeu laisse la place aux contestions sur les choix de l’arbitre. Monsieur Christian Pouliquen arbitre intègre, puisque coach des andropauses, se voit pris à parti par des joueurs des chacals. Certains spectateurs dénoncent le tennis elbow de Christian qui ne peut tendre le bras à droite, d’autres l’accusent d’avoir plus de 30 ans et ainsi de prendre parti (allégations mensongères de quelques jaloux de Christian l’apollon) mais le mot de ma fin revient à Maxime Hospital qui expliquerait que l’arbitre ne peut suivre un match avec un tel rythme. Le talonneur des chacals quitte d’ailleurs le terrain prématurément asphyxié par le rythme de la rencontre, même si l’on sait que Max quitte le terrain pour que son grand frère ne frise pas le ridicule en mêlée.

L’ambiance sur le terrain se décontracte: enculé, ta gueule… mais on sait qu’au Scuf on parle plus qu’on n’agit et d’ailleurs les spectateurs commencent à bailler lorsque les chacals en profitent pour inscrire leur (premier) essai par l’intermédiaire de Jérôme Riboulet. Transformation ratée. Les andropauses se doivent alors de réagir. Chose faite puisque que le coaching commence à prendre toute son ampleur.

Olivier Bejanin en profite pour rendre à mère nature son dernier tabatha cash de la veille. les deux équipes font parler la poudre, les gestes techniques et les mouvements collectifs éblouissent tellement le public que notre bon président Michel Hospital se demande à quand la relève au scuf. Cependant selon les statistiques de François Duboisset, un placage raté seulement de chaque côté, ce qui explique un score si étriqué. Julien Schwartz chez les chacals sur une charge de Christophe Ugelet, chez les andropauses, le coupable n’a pas encore été dénoncé par ses camarades. Les andropauses égalisent un peu avant la mi temps par l’intermédiaire de Jean-Marc Hanna: 5 à 5!

Entré de sang frais chez les chacals, un peu moins frais pour les andropauses à part évidemment François Lormeau homme à l’hygiène irréprochable et toujours au top physiquement. Autant vous le dire tout de suite, pas de point en deuxième mi temps. Les chacals campent chez les vieux, pardon chez les andropauses mais concluent leurs 3 contre 1 par un petit coup de pied par dessus qui anéanti l’espoir d’enterrer définitivement ces vielles carnes (je crois que je commence à être moins neutre dans mon résumé). Voyant le match s’acheminer vers un score de parité, Christophe Lapouge, notre bon diététicien, convaincu du bien fondé de l’hygiène qu’il prodigue, propose une prolongation en 2 fois 40 minutes, le projet ne sera pas retenu, pourquoi?

Le match se fini dans la joie, surtout celle de ne plus avoir à courir. Pas de vainqueur, pas de vaincus, le politiquement correct est respecté. les admiratrices venus par milliers prennent en photos les valeureux guerriers…




Organigramme du S.C.U.F Omnisport

 
Président : M. Lionel BUSSON
1 er Vice-Président : M. Jean-Etienne THYSS
Secrétaire Général : M. Guy RAMIREZ
Trésorier Général : M. Étienne OUSTEAU
Secrétaire Général-Adjoint : M. José DEGLI ESPOSTI
Trésorier Général-Adjoint : M. Pascal WAGNER
 
Administrateurs :
MME Sylvie ANDRÉ
M. Didier ANELL
M. Laurent CHABÉ
MME Catherine DELPICOT BRENNAN
M. Pierre GALLET
MME Mathilde GÉRARD
M. Boris LACHARME
M. Laurent LAGUERRE
M. Emmanuel MASSELIN
M. Romain PRETESEILLE
MME Anne SAMPERMANS
M. Julien SCHWARTZ
M. Jean-Louis SIMON
M. Luc TELLIER
M. Mehdi YOUSFI



 

Il nous quitte pour le Japon, retour sur le parcours d’Hugo Mestre au S.C.U.F depuis 2012 :

 
Je découvre le rugby avec la coupe du monde 99 en France et la victoire sur les Blacks. En plus du tennis et du poney, mes parents décident de m’inscrire à l’école de rugby d’Issoire en Auvergne. Après un déménagement en région parisienne j’ai arrêté le poney, par contre j’ai continué le rugby à Viry-chatillon puis Ris Orangis en Seniors. Ensuite en Universitaire et un an à Malte et enfin le SCUF… (Lire la suite…)