Bastien LYON


  • Né le  06 août 1991 à Rennes
  • 1,85cm – 94Kg
  • En couple

– Quel est ton parcours sportif et rugbystique avant le SCUF ?

J’ai commencé le rugby au Rennes Etudiant Club ou j’ai évolué de l’école de rugby jusqu’à l’équipe Seniors. Puis je suis parti faire mes études en Master à Pau ou j’ai joué à l’US Morlaas pendant 2 ans et 1 an en Australie à Sydney. Par la suite j’arrive à Paris et fait une saison en honneur au Red Star.

– Tu arrives au SCUF en 2016, comment ou par qui ?

Jouant dans la même poule que le SCUF en Honneur avec le Red Star et recherchant à évoluer dans une division supérieure, après une année compliquée avec une descente en fin d’année.

Le SCUF venant de monter en Fédéral 3, je décide de m’arrêter 2 arrêts de métro plus tôt et j’arrive au SCUF avec 2 coéquipiers de St Ouen Damien Saspiturry et Jacques Montagut.

Premier match le 2 octobre 2016, lors de la 3ème journée de Fed3 avec l’équipe 1, tu entres en cours de match et c’est une défaite 31-15. Tu te souviens de ce match ? Comment s’est déroulé ton intégration ?

Je ne me souvient pas trop du match, seulement que je suis rentré en 2ème ligne ce qui n’est pas un cadeau… Je veux bien être polyvalent mais il y a des limites.

J’ai eu une bonne intégration, pas mal d’arrivée également cette année là. Je suis surpris au début par le nombre important de joueurs à l’entrainement (beaucoup moins à partir de décembre). Je découvre un club avec une philosophie différente de mes précédentes expériences, avec une ambiance conviviale où quelques phénomènes sont aussi, voir plus, performant en match qu’en 3eme mi-temps !

– Cette première saison, tu joues 13 matchs avec l’équipe 1 (11Tit, 2Rem). Le club finit 8ème sur 10 et se maintient malgré une seconde partie chargée de défaites. Souvenir ?

On fait une bonne première partie de saison avec une équipe composée d’une partie de l’effectif ayant effectué la montée et de nouveaux comme moi. Je retiens notamment 2 victoires marquantes à l’extérieur contre L’ACBB et au Havre à Deschaseaux.

La seconde partie est plus compliquée, c’est le début d’une série de défaites qui va se prolonger par la suite. Heureusement que l’on avait fait le taff avant.

– Au niveau des postes on te retrouve très polyvalent que ce soit devant ou derrière. Au final, quel est ton poste de prédilection ?

Questions difficiles depuis mes années cadets : j’ai joué demi d’ouverture, centre, 3ème ligne ou arrière. Je n’ai pas de préférence, du moment que je joue et que je touche du ballon je suis content. Si je devais vraiment choisir je dirais 3ème ligne avec une équipe qui envoie du jeu.

– En juin 2017, tu joues ton premier Trophée des 30 (remporté par les jeunes d’Antoine Simon 19-10), un trophée à nouveau gagné en 2018. Que penses tu de ce match ? En revanche tu n’as jamais joué la Rose Cup. As tu eu des échos de cette rencontre ? Seras tu du déplacement à Stratford au mois de mai ?

C’est un match plaisant à jouer avec pour enjeu la suprématie d’une génération. Je pense que les moins de 30 ans ont encore de belles années devant eux. En espérant que les plus de 30 soient plus compétitifs cette année que l’année dernière 😉

En ce qui concerne la Rose Cup j’ai eu pas mal de bons échos avec de nombreuses anecdotes, ce qui donne envie d’y participer. Notamment pour ramener la victoire. Malheureusement, je ne serai pas de l’aventure cette année. Je compte sur les Scufistes pour ramener le trophée et pour venger la raclée que l’on vient de prendre à Twickenham.

– Saison suivante on te retrouve en n°8, mais la spirale des défaites atteint le club avec 1 victoire en 22 matchs. Retour sur cette saison compliquée qui voit je SCUF rechuter en Honneur ?

C’est une saison compliquée voir très compliquée. Une saison à oublier, on n’est pas au niveau de la fédérale 3 mais on ne lâche pas les matchs le dimanche. Cependant l’ambiance reste bonne notamment grâce à l’équipe B qui elle tourne bien et se qualifie pour les phases finales. C’est la fin d’un cycle avec de nombreux départ à la fin d’année et un retour en Honneur.

– Cette saison, tu as du mal à faire ta place avec l’équipe 1 et surtout on te retrouve à évoluer à des postes peu habituels (Centre, Ouvreur et même arrière…) On a besoin d’explication ?

Cette année j’ai fait le choix d’évoluer derrière et laisser les gros pour faire parler ma vitesse de pointe et mes crochets. Je laisse les pizzas d’Antoine Simon et le méchant Germain pour découvrir la passe inversée de Matthieu Ruiz et les relances d’Antonin Pagnier.

C’est plus compliqué pour moi pour faire ma place, je dois faire mes preuves, j’enchaine les blessures et mon implication est moins importante

Je dépanne un peu partout mais je ne souhaite pas changer mon choix. C’est également plaisant de jouer avec la B qui performe toujours autant. On verra l’année prochaine pour le poste mais je dépasserai jamais le numéro 6.

– Quels sont tes impressions sur les résultats actuels de l’équipe 1 ? Qu’est ce qui n’a pas fonctionné ?

On a eu pas mal de départ, des arrivées, une nouvelle organisation également il faut que le groupe prenne ses marques. On sortait d’une saison compliquée. On manque toujours de confiance et le quinze de départ change régulièrement ce qui ne facilite pas la prise de repère. Les résultats attendus ne sont pas là avec des matchs perdus qui aurait du être gagnés.

La 2eme partie de saison se lance bien avec 3 victoires dont 2 consécutives. On prend davantage de plaisir sur le terrain. On verra à la fin d’année mais je le sens bien, en même temps, c’est difficile de faire pire que l’année dernière.

– As tu quelque chose à ajouter ?

Je voudrais remercier Gerard Potier pour son investissement avec nous, avec sa présence la semaine et le dimanche. C’est également un plaisir de pouvoir entendre résonner sa célèbre chanson du métro.