Julien SCHWARTZ


Date de naissance : 26 Août 1974
Poste : Ouvreur
Situation maritale : Concubinage notoire
Profession : Chargé d’assurance

– Ton rôle de joueur – Tes débuts au rugby, quand, pourquoi, comment ?

Quand : janvier 1987

Pourquoi : je jouais au foot à cause de Michel Platini, Bruno Bellone et surtout Thomas Schwartz, quand mon club de foot se mit à péricliter. Mon père m’a dit « tu dois faire un sport » et j’ai choisi le Rugby parce que je savais que ça lui ferait plaisir et qu’il payerait ma cotisation sans problème!
Comment : venant du foot, pesant pas lourd, ayant peur et zéro sens du contact, j’étais ultra mauvais. On me mettait à l’aile (normal), on me filait pas de balle (normal), on plaquait à ma place (moins normal, mais normal quand même) sauf quand Laurent Igarza et Benoit Juery étaient déjà à terre. Là, il fallait que je fasse semblant de plaquer ce qui était à cette période ce que j’arrivais à faire le mieux . J’ai donc joué remplaçant un paquet de matches et je rentrai les 5 dernières minutes grâce à Michel Hospital par amitié pour mon père !
J’ai vraiment fait plaisir à mon père pendant 2-3 ans quand Michel Marty m’a fait jouer à la mêlée en cadet 2ème année. En me replaçant au milieu du jeu, il m’a intéressé à toutes ses questions stratégiques ce qui m’a captivé et j’ai trouvé une place où je pouvais apporter des choses.

-Petite question sur la carrière du papa, son parcours à lui ?

Mon père n’était pas un nostalgique bavard mais je sais qu’il a joué au Racing Club de France de 15 à 25 ans embrigadé par son parrain.
En 1970 il a rejoint le SCUF où jouait tous les copains et il a fait les beaux jours de la première jusqu’en 81, année où il raccroche sur une montée en 2ème division. Tous ses potes (plus bavards) m’ont raconté ses exploits de botteur, de joueur au jeu  simple et précis . Et notamment comment il mettait des choutasses démesurées pour que la balle traverse les arbres et le ruisseau près du terrain ce qui permettait de gagner un temps précieux…ca c’est de la stratégie !
Après il est devenu dirigeant-entraîneur de la réserve, de la trois, des juniors puis trésorier du Scuf après s’être occupé des deux fonds de commerces duBrennus et du ScufDream.
Mais je retiens surtout ses analyses d’après match; avec les mises en condition de ChristianPouliquen où le mensonge à soi-même n’avait aucune place, l’inventivité optimiste de Jacques Sans et les visionnages en boucle des 5-6 mêmes matches qu’on avait en cassette vidéo à la maison , cela fut ma principale formation rugbystique.

– Tu as toujours eu un côté grande gueule sur le terrain ou c’est venu avec l’âge ?

Non c’est venu  de mon envie de gagner à tout prix et d’avoir une emprise sur le jeu.
Ma « grande gueule » m’a joué pas mal de sales tours et m’a sûrement privé de la confiance et de la patience de pas mal de coéquipiers et coaches. Je n’ai pas de regret, c’est trop facile. En plus j’étais de la pire mauvaise foi, ce n’était jamais ma faute ! J’ai eu ce que je méritais.

– Tu as essentiellement joué à la mêlée ou à l’ouverture. Au final as tu une préférence de poste ?

Je préférais jouer à l’ouverture.  J’ai joué à la mêlée car Marty m’y avait placé et j’y ai fait quelques saisons car j’étais un « éjecteur » et que cela convenait à des coaches qui voulaient de la vitesse ; j’étais moins performant en leader de pack. Je suis passé à l’ouverture car je trouvais que c’était un meilleur poste pour faire ce pourquoi je pensais être le plus à l’aise : faire jouer et gérer le jeu autant que possible. Je montais en défense de manière agressive pour faire croire que j’étais un terrible plaqueur mais comme tout le monde le sait au club, c’était du bluff et ça n’a vraiment pas toujours marché !

  • Tu as fait quelques saisons en équipe I mais tu as principalement joué en réserve ?

J’ai toujours été un second couteau et je ne dois mes années d’équipes première que parce que les meilleurs étaient partis ou blessés et parce que je bottais. J’en ai bien profité mais je n’ai pas su rester car trop limité physiquement et un peu trop lent. J’aimais jouer en première parce que c’était plus dur et plus tendu. J’étais toujours prêt. De toute façon je voulais tout le temps jouer donc la réserve ça m’allait parfaitement .Et quand on a plus voulu de moi en réserve, je suis allé chez les vieux cochons où j’ai retrouvé tous mes anciens coéquipiers qui croyaient m’avoir échappé !

– La sélection pour jouer la Rose Cup, c’était un honneur pour toi ou un match comme les autres ?

Jouer la Rose Cup est toujours un grand honneur.
C’est un match particulier où la pression de la tradition, la présence des anciens dans les tribunes, la dimension physique des anglais et les discours d’avant match font que le XV Scufiste  peut se surpasser pour réaliser des exploits aussi bien sur le terrain que dans les bars qui rendent ces WE inoubliables. Celui que je retiens  est le match de 2004 à Stratford contre leur grosse équipe avec notamment les frères Pritchard. Cela reste un énorme souvenir avec 20 premières minutes d’enfer que tu avais décrit comme « un moment où on allait rien comprendre et qui faudrait pas compter sur l’arbitre pour nous aider »! Comme tu venais du PUC qui jouait à plus haut niveau que nous et que tu avais la poire bien fourbe, j’avais l’impression qu’on allait être parachuté à Mossoul !
Mais avec deux essais casquettes d’escrocs que sont mon frère et Hanna, avec les gri-gri du carré magique Marol-Amon-Augé-Zanca, avec un pack résistant, avec le placage désespéré en bout de ligne de Busson et avec l’aide de Nick Leach qui a raté une pénalité immanquable, nous l’avons emporté. 2006 reste mon pire souvenir de Rugby où on s’est auto détruit…Stratford peut aussi devenir un enfer…Heureusement ce n’est jamais la cas pour les soirées d’avant et d’après match ! Nous y allons cette année, à ceux qui n’ont jamais été du voyage, je leur conseille de ne pas rater ça !

– Il y a- t-il des entraineurs ou des joueurs qui t’ont marqué durant cette trentaine d’année passée au SCUF ?

Beaucoup d’entraîneurs et joueurs m’ont marqué et aussi influencé.
chez les coaches, mon père, Pouliquen, Sans comme cité plus haut sont le trio formateur mais je retiens aussi l’énergie positive indéfectible de Jean Pierre Petitet, la simplicité évidente de JL Isnard. Etienne Ferlet et Briac Pouyé m’ont récemment permis de me mettre à jour sur le jeu plus moderne et les nouvelles formes de management.

Beaucoup de joueurs principalement de ma génération m’ont marqué dans une certaine mesure : en vrac, tellement y’en a : les percées avec les genoux cagneux bien hauts de mon frère, les changements de pieds à la Phil Bennett de Gérard Gervais en 3 vieux à rendre aveugle ses adversaires, Les rafûts de Peck, les placages « extinction-des-feux de Butez, la vista de Marol, la justesse de Juery, Les placages « aux chevilles des chevilles » de Laurent Igarza,  les accélérations de Lacaze, , les feintes débiles d’Augé et Zanca, les moulinets d’Amon avec le ballon, les purs crochets de de Tarlé, les battoirs de son beauf Lavoir, les « piquages » de balle en mêlée deJ Hospital, les courses d’ailier de son frèreMax, l’élégance de Keller,  les courses chaloupées de Barbe, Les sacrifices des frères Béjanin et de JM Guignard, les sacrifices défensifs de chairman Busson, la défense glissée de Laplaze, les passes longues de Chouk, les percus-torpille des frères Poletti, les coups de pompes de Gaillat, les coups de chaussons d’adieu de lazz, les charges de Greg Guénot, les tordages de pouces d’Ousteau, les pas de canards d’Hannna, les départ au ras de Connoly, les « vas-yyy » de Derome, la Grinta de Valenzuela, les courses bizarres de Gigon, la pureté des cad-deb de Galère,la puissance de JB Granvaux,  le nez de Toulalan, les coups de pied à suivre de Ouguergouz, les percées penchées de Choquet, le charges atomiques de Constant….bon j’arrête là!

– Comment s’est passé ton passage de joueur à dirigeant  ?

Après avoir été invité à rejoindre les Vieux cochons suite à ma blessure au genou en 2008, où j’ai pris beaucoup de plaisir avec la génération 1971-1976-1978-1980 à faire perdurer le samedi ce que nous faisions le dimanche en gagnant pas mal, je suis à peu près en même temps devenu trésorier de la section car Lionel Busson après le décès de Thierry Potier, le frère de Gérard,  ne trouvait personne. Au bout de six années j’ai cédé la place à un vrai spécialiste financier Laurent Chabé dont la dimension financière va apporter beaucoup plus en terme d’analyse financière que le simple encaisseur/payeur que je fus. J’assiste à présent Anne en tant que vice-président  à la direction de la section. Chaque saison est une vrai pochette surprise avec ses enjeux financiers, d’effectif, de contraintes réglementaires et politiques mais nous sommes toujours prêt à relever le défi et de garder la flamme même avec 3 bouts de bois…

Je profite de l’occasion pour adresser un grand merci à tous les bénévoles qui s’activent toute la semaine et le week-end parfois très tôt le matin jusqu’à tard le soir ! Ils sont le cœur du SCUF. Merci aussi à nos fidèles et discrets bienfaiteurs qui nous permettent d’essayer d’atteindre nos objectifs ou tout du moins de s’en rapprocher le plus possible !

– Un mot pour finir ?

Etant donné que nous aspirons à encrer l’équipe première en Fédérale 3 en l’alimentant par des joueurs formés au club tout en restant strictement amateur, je dirai : « ON EST PAS LA POUR ETRE ICI » !!!! A bientôt sur les bords de terrain, ou au comptoir !